Affichage de 194 résultats

Notice d'autorité

Délégation archéologique française en Iran

  • FRAEPMSHRG-DAFI
  • Collectivité
  • 1897-1983

Sous la direction de Marcel Dieulafoy, les fouilles françaises à Suse prennent naissance en 1884-1886 ; en 1895 Nasr-ed-Din Shah signe une convention avec la France qui assure à cette dernière le monopole des fouilles en Perse. En 1897, est créée la "Délégation scientifique française en Perse" que dirigera jusqu'à sa démission en 1912 Jacques de Morgan, ingénieur des mines, précédemment à la tête du Service des antiquités d'Egypte. Des crédits considérables sont alors alloués à la Délégation par les Chambres afin de développer le rayonnement culturel de la France et contrebalancer ainsi la présence britannique grandissante. En 1912, l'épigraphiste V. Scheil et l'archéologue R. de Mecquenem succèdent conjointement à J. de Morgan. Les travaux à Suse, interrompus par la première guerre mondiale, reprennent en 1920 ; ils resteront jusqu'en 1947 sous la direction de R. de Mecquenem. La mission reçoit alors ses crédits de l'Instruction publique En 1928, la Perse est l'objet de luttes d'influence des puissances occidentales ; le monopole de la France sur les fouilles lui est retiré (toutefois en l'absence d'archéologues iraniens André Godard, architecte, est nommé conseiller pour les Antiquités ; il procède à l'organisation du Service des antiquités et crée le musée de Téhéran) mais le site de Suse reste acquis à la France. En 1946, la mission française de Suse qui dépend désormais du ministère français des Affaires étrangères est placée sous la direction de R. Ghirshman, archéologue ayant déjà conduit des recherches, à la demande de G. Contenau, en Iran à Tepe Giyan et Tepe Sialk et en Afghanistan. R. Ghirshman parallèlement aux fouilles de Suse mènera de 1951 à 1962 des travaux à Tchoga Zanbil. En 1967, Jean Perrot succède à Roman Ghirshman à la tête de la Délégation archéologique française en Iran et à celle de la Mission de Suse.

En 1967, sur le plan administratif la DAFI dépend de la Direction générale des relations culturelles scientifiques et techniques (DGRCST, plus tard DGCID) du ministère français des Affaires étrangères. Son siège se situe à Téhéran. Dès son arrivée en 1967, Jean Perrot transforme l'ancienne résidence de Roman et Tania Ghirshman en l'infrastructure de la DAFI : bureaux , bibliothèque, chambres pour les chercheurs de passage : archéologues, ethnologues, botanistes, géologues…

En 1983, la Délégation archéologique française en Iran fusionne avec l'Institut français d'iranologie (fondé par Corbin en 1946) pour former l'Institut français de recherches en Iran (IFRI) du ministère français des Affaires étrangères.

Lavallée Danièle

  • FRAEPMSHRG-DL
  • Personne
  • Chercheur au CNRS à partir de 1964

David Eva

  • FRAEPMSHRG-ED
  • Personne
  • Chercheur au CNRS à partir de 2003

Mission d'En Mallaha (Eynan) puis de Beisamoun-Mallaha (Mission archéologique française en Israël)

  • FRAEPMSHRG-ENM
  • Collectivité
  • 1955-1979

À la fin des années 40, l’état d’Israël se lance dans un important projet d’assèchement du marais du Houleh, traversé par le Jourdain, à une vingtaine de kilomètres au nord d’Hatsor. En 1954, lors de travaux de construction de réservoirs destinés à capter la source d’Aïn Mallaha, située sur la rive occidentale du lac, les engins mécaniques détruisent une partie d’un important établissement de plein air préhistorique installé sur un talus abrité, au pied des monts de Galilée. Jean Perrot qui travaille alors sur le site d’Hatsor, intéressé par la découverte, obtient du Service des Antiquités d’Israël l’autorisation de rectifier la coupe réalisée par les ouvriers dans une partie du talus. À la fin d’une première campagne qui dure près d’un mois (novembre 1955), la fouille d’une centaine de mètres carrés sur deux secteurs reliés par une tranchée, lui permet d’identifier un exceptionnel site de plein air « Natoufien » qui s’étend sur plus de 1000 m2.

En effet, le matériel lithique en particulier, rappelle celui découvert dans les niveaux des grottes de Judée (Shukbah) et du Carmel (Mugharet el-Wad) par l’archéologue Dorothy Garrod à la fin des années vingt et baptisé « natoufien » (du nom du cours d'eau palestinien « Wadi El-Natouf ») par cette dernière. Le gisement de la source d’Aïn Mallaha présente donc un intérêt majeur car il s’agit du premier site de plein air Natoufien découvert en Israël. En accord avec le Service des Antiquités d’Israël, la « mission Perrot » décide d’entreprendre des fouilles sur le long terme, dès l’année suivante sur le site d’Eynan (Aïn Mallaha) baptisé finalement Mallaha à partir du rapport de fouille de la campagne de 1961.

La fouilles du site de Mallaha marque une étapes essentielle dans la démarche archéologique de Jean Perrot. De 1955 à 1961, il dirige la fouille seul, puis à partir de 1971 et jusqu’en 1976, il partage la direction avec Monique Lechevallier, puis François Valla. Enfin, conception nouvelle en Israël, il décide dès 1954 (Safadi) de s’entourer d’une équipe de chercheurs (anthropologues, zoologues, géologues, etc…) qu’il fait venir sur le terrain. La première équipe de Mallaha, est constituée de Denise Ferembach (anthropologue), Henri de Contenson (archéologue), Thérèse Josien (zoologue) et de quelques jeunes chercheurs israëliens.

En 1958, Jean Perrot effectue un voyage aux États-Unis, invité par l’anthropologue R. J. Braidwood. Il y participe à un séminaire sur la préhistoire au Proche Orient. C’est, influencé par ce voyage et par les idées de Braidwood sur la « révolution néolithique » qu’il entame en 1959, une nouvelle campagne de fouille à Mallaha.

Les premiers résultats des campagnes de 1955, 1956 et 1959 sont d’une importance majeure. Mallaha est un immense habitat de plein air sur trois niveaux constitué de maisons rondes accompagnées d’une industrie lithique, de grands mortiers, pilons, faucilles, d’outils en os et de parures. Enfin les morts sont enterrés dans les sols des habitations. Pour Jean Perrot, en 1962, l’économie d’Eynan est caractérisée par « une intensification des diverses formes de cueillettes et par une exploitation optimum des ressources naturelles de la région ». À Mallaha, tout semble indiquer que la sédentarisation a précédé la domestication des animaux et la culture des plantes. Ainsi, au début des années soixante, la fouille de ce gisement bouleverse profondément la vision traditionnelle du processus de néolithisation.

Chronologie des fouilles :

Fouilles Jean Perrot : 1955-1956 et 1959-1961
Fouilles Jean Perrot et Monique Lechevallier : 1971 à 1972
Fouilles Jean Perrot et François Valla : 1973 à 1976

Fouilles d’Eynan (Aïn Mallaha) (direction Jean Perrot) :
Première campagne : du 2 au 25 novembre 1955
Deuxième campagne : du 03 au 11 mai 1956
Troisième campagne : du 16 octobre au 2 novembre 1956
Quatrième campagne : du 02 juin au 18 juillet et du 10 août au 04 septembre 1959
Cinquième campagne : du 01 au 09 novembre 1960
Sixième campagne : du 15 octobre au 27 novembre 1961

Fouilles de Beisamoun-Mallaha (direction Jean Perrot et Monique Lechevallier) :
Campagne de 1971 : du 18 août au 29 septembre
Campagne de 1972 : du 23 août au 14 septembre
Campagne de 1973 : du 26 août au 23 septembre
Campagne de 1974 : du 28 août au 6 octobre
Campagne de 1975 : du 1er juillet au 22 août et du 16 septembre au 17 octobre (les fouilles sont conduites par Monique Lechevallier. François R. Valla est associé à la direction des travaux)
Campagne de 1976 : sans dates (François R. Valla est associé à la direction des travaux)
Campagne de vérification de 1979 : du 4 au 14 juin

Will Ernest

  • FRAEPMSHRG-EW
  • Personne
  • 1913-1997

Ernest Will était spécialiste du Proche-Orient hellénistique et romain.

  • Élève de École normale supérieure après une licence à la faculté des Lettres de Strasbourg ; agrégation de Lettres classiques, 1933-1936.
  • Membre de l’École française d'Athènes, 1937-1939.
  • Professeur au lycée Thiers de Marseille puis assistant du doyen Ch. Dugas, 1940-1944.
  • Professeur au lycée Ampère de Lyon, 1945.
  • Premier pensionnaire à l'Institut français d'archéologie de Beyrouth, créé en 1946 sous la direction d'Henri Seyrig, 1946-1951.
  • Assistant de grec à la faculté des Lettres de l'université de Lille, 1951-1953.
  • Docteur ès Lettres, 1953.
  • Professeur de langue et littérature grecques et d'histoire de l'art et archéologie à la faculté des Lettres de l'université de Lille, 1953-1963.
  • Directeur des Antiquités historiques du Nord de la France, 1963-1968.
  • Professeur de langue et littérature grecques à l'université de Paris-Sorbonne, 1963-1970.
  • Professeur d'histoire de l'art et archéologie à l'université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Institut d'art et d'archéologie).
  • Membre élu de l'Académie des Inscriptions et Belles-lettres, 1973.
  • Directeur de l'Institut français d'archéologie de Beyrouth qui devient en 1977 l'Institut français d'archéologie du Proche-Orient après la création de deux antennes à Damas (Syrie) et à Amman (Jordanie), 1973-1980.
  • Directeur de la revue " Syria ", 1978-1997.

Autres fonctions :
Membre du Conseil supérieur de la recherche archéologique ; membre de la Commission des fouilles du ministère des Affaires étrangères ; membre du comité de direction du Service d'architecture antique du CNRS ; membre résidant de la Société nationale des Antiquaires de France ; membre correspondant de la British Academy et du Deutches Archäologisches Institut de Berlin.

Distinctions :
Officier de la Légion d'honneur ; commandeur des Palmes académiques ; officier de l'Ordre des Arts et Lettres.

Audouze Françoise

  • FRAEPMSHRG-FA
  • Personne
  • Chercheur au CNRS à partir de 1968

Braemer Frank

  • FRAEPMSHRG-FB
  • Personne
  • Chercheur au CNRS à partir de 1989

Bocquentin Fanny

  • FRAEPMSHRG-FBO
  • Personne
  • Chercheur au CNRS depuis 2005

Djindjan François

  • FRAEPMSHRG-FD
  • Personne
  • Chercheur associé au CNRS à partir de 1976

Joannès Francis

  • FRAEPMSHRG-FJ
  • Personne
  • Enseignant-chercheur à partir de 1988

Laubenheimer Fanette

  • FRAEPMSHRG-FL
  • Personne
  • Chercheur au CNRS à partir de 1973

Fanette Laubenheimer est actuellement directrice de recherche au CNRS, spécialiste de l'histoire économique de la Gaule romaine : productions et échanges.

TITRES OBTENUS :

  • Doctorat d'État ès Lettres, Montpellier, 1984 : La production des amphores en Gaule Narbonnaise.
  • Doctorat de 3ème cycle, Montpellier, 1968 : Recherches sur les lingots de cuivre et de plomb d'époque romaine dans les régions de Languedoc- Roussillon et de Provence-Corse.
  • Diplôme d'Études Supérieures, Montpellier, 1965 : Recherches sur le commerce maritime à l'époque romaine en Languedoc d'après les trouvailles sous-marines.
  • Licence en Histoire de l'Art, Montpellier, 1964.
  • Licence en Histoire et Géographie, Montpellier, 1963.

ENTRÉE AU CNRS : 1973

ÉQUIPES DE RECHERCHE AU CNRS ET MOBILITÉ :

  • ERA 63, Montpellier 1973-1976.
  • Groupe d'Archéologie Nucléaire d'Orsay-Saclay 1976-1986.
  • URA 338, Analyse des formations sociales, Besançon, 1986-1997.
  • UMS 844, Maison de l'Archéologie et de l'Ethnologie, Nanterre, 1998.
  • UMR 7041, Archéologies et Sciences de l'Antiquité, Équipe Archéologie de la Gaule, Structures Économiques et Sociales, Maison de l'Archéologie et de l'Ethnologie, Nanterre depuis 1999.

DIRECTION DE GROUPES DE RECHERCHE :

  • Responsable de l'équipe Archéologie de la Gaule, Structures Économiques et Sociales, UMR 7041, Archéologies et Sciences de l'Antiquité, Maison de l'Archéologie et de l'Ethnologie, Nanterre, de 1999 à 2005.
  • Directeur du GDR 2138 : Les denrées en Gaule romaine, production, consommation, échanges , 2000-2003.
  • Directeur du GDR 1040 du CNRS : Les amphores gauloises dans le monde romain, 1992-1999.
  • Responsable du Projet Collectif de Recherche Les amphores en Gaule : production et circulation, programme H13 puis H26 du Centre National de la Recherche Archéologique depuis 1988, toujours en cours en 2005.

DIRECTION DE CHANTIERS DE FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES :

  • Direction de la fouille sous-marine de l'épave de la Tour Sainte-Marie, Cap Corse, 1967.
  • Direction des fouilles du site de Sallèles d'Aude 1976-1998.

RESPONSABILITES ÉDITORIALES :

  • Directrice de l'UPS 852, Gallia, Gallia Préhistoire et Gallia Informations, 1994-1997.
  • Directrice des publications Gallia, Gallia Préhistoire et Gallia Informations depuis leur rattachement à l'UMS 844 de la Maison de l'Archéologie et de l'Ethnologie de Nanterre en 1998 jusqu'en 2001.
  • Directeur scientifique de la revue Gallia : 1994-2001.
  • Directeur scientifique de la revue Gallia-Informations : 1994-2001.
  • Directrice de la série Amphores aux Presses Universitaires Franc-Comtoises depuis 1990.
  • Membre du Comité de Lecture du CNRS : 1995-2001.
  • Membre du Comité de rédaction de la Revue Archéologique de Narbonnaise, 1997-2003.
  • Membre du Comité de lecture du laboratoire Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquités, Moyen Age (CEPAM) à Valbonne, depuis 1998.
  • Membre du comité de lecture de la revue Gallia depuis 2002.
  • Membre du comité de lecture de la revue Gallia Informations depuis 2002.
  • Membre du Comité de rédaction de la collection Documents d'archéologie française, depuis 2001.

RESPONSABILITÉ AU CNRS :

  • Présidente du Comité de l'Archéologie du CNRS 1997-2005.

RESPONSABILITÉ A L'INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHES ARCHÉOLOGIQUES PRÉVENTIVES (INRAP)

  • Expert auprès du Conseil scientifique.

Chevalier de la Légion d'Honneur au titre du Ministère de la Culture en 2000.

Villeneuve François

  • FRAEPMSHRG-FV
  • Personne
  • Enseignant-chercheur à partir de 1987

Valla François

  • FRAEPMSHRG-FVA
  • Personne
  • Chercheur au CNRS à partir de 1975

Revues "Gallia"

  • FRAEPMSHRG-GA
  • Collectivité
  • Depuis 1942

Dollfus Geneviève

  • FRAEPMSHRG-GD
  • Personne
  • Chercheur au CNRS à partir de 1964

GDR 1040 "Les amphores gauloises dans le monde romain"

  • FRAEPMSHRG-GDR1040
  • Collectivité
  • 1992-1999

Ce GDR a été dirigé par Fanette Laubenheimer en 1992 et 1999. Son objectif était de créer une large base de données sur les centres de production gaulois et d'étudier leurs exportations sur les grands marchés de l'Empire.

GDR 1170 "Origine et évolution des cultures, socialisation du paysage en Océanie insulaire"

  • FRAEPMSHRG-GDR1170
  • Collectivité
  • 1995-2002

Le GDR 1170 "Origine et évolution des cultures, socialisation du paysage en Océanie insulaire" a été dirigé par Catherine Orliac, membre du laboratoire puis de l'équipe "Ethnologie préhistorique" (UMR 7041, Archéologies et Sciences de l'Antiquité) et membre associé au laboratoire "Ethnobiologie-biogéographie" du Muséum national d'Histoire naturelle à partir de 1995.

Résultats 41 à 60 sur 194