Affichage de 192 résultats

Notice d'autorité

Mission archéologique d'Itanos (Crète, Grèce)

  • FRAEPMSHRG-MIT
  • Collectivité
  • 1990-2006

Mission archéologique dirigée par Alain Schnapp, elle est nommée Mission archéologique d'Eleftherna et Itanos jusqu'en 1994 puis, à partir de cette date, seulement Mission archéologique d'Itanos.

Lechevallier Monique

  • FRAEPMSHRG-MLE
  • Personne
  • Chercheur au CNRS à partir de 1968

Inizan Marie-Louise

  • FRAEPMSHRG-MLI
  • Personne
  • Chercheur au CNRS à partir de 1978

Mouton Michel

  • FRAEPMSHRG-MM
  • Personne
  • Chercheur au CNRS à partir de 1993

Maillard Monique

  • FRAEPMSHRG-MOM
  • Personne
  • 1939-2010

Monique Maillard était spécialiste de l'art bouddhique en Chine et en Asie centrale.
Entrée au CNRS en 1966, elle a été rattachée à l'équipe "Archéologie de l'Asie centrale " entre 1995 et 2005.

Plateaux Michel

  • FRAEPMSHRG-MP
  • Personne
  • 1958-1990

Michel Plateaux a commencé à travailler sur le site néolithique de Cuiry-lès-Chaudardes en août 1974, à seize ans. Il pratiquait l'archéologie en amateur près de Saint-Quentin et avait lu dans le journal qu'une équipe du C.N.R.S., l'unité de recherche archéologique n°12, recherchait des fouilleurs. D'abord élève de cette équipe, Michel Plateaux en est devenu collaborateur en tant qu’archéologue contractuel jusqu'à son décès en 1990.
Après un an d'études universitaires à Amiens en mathématiques, Michel Plateaux a rejoint l'université de Paris I et a obtenu une licence puis une maîtrise de protohistoire. Il a choisi la spécialité de la matière lithique, de l'outillage et du geste technique, de l'approvisionnement et de l'échange des matières premières, à laquelle il consacrait sa thèse de doctorat.
Il a constitué le fichier informatisé de tout l’outillage lithique néolithique de la vallée de l’Aisne.
Michel Plateaux travaillait au Centre archéologique de Soissons. Il y organisa plusieurs fois des stages.
Il avait la charge, pour la France, d’un séminaire européen réunissant, autour de la technologie lithique, les Universités d’Amsterdam, Cambridge, Sarrebruck, Naples et Paris I.

Mission pré- et protohistorique du Jawf-Hadramawt (République du Yémen)

  • FRAEPMSHRG-MPJH
  • Collectivité
  • 1993-1996

La Mission pré- et protohistorique du Jawf-Hadramawt a été créée en 1993 sous la direction de Marie-Louise Inizan, archéologue préhistorienne, directrice de recherche honoraire au CNRS et Michel Mouton, archéologue spécialiste de l'Arabie pré-islamique, chargé de recherche au CNRS.
Cette mission succède à la Mission préhistorique au Yémen du Sud, dirigée par Marie-Louise Inizan entre 1983 et 1992 et au programme "Peuplement ancien du Yémen" co-dirigé par M.L. Inizan et Serge Cleuziou, professeur à l'université Paris 1. Ce programme qui débute en 1988 se poursuit en 1992 et 1993.
En 1996, Michel Mouton prend la direction de la mission dont l'intitulé devient "Mission Archéologique Française dans le Jawf-Hadramawt, République Arabe du Yémen".
Anne Benoist, archéologue, chercheur au laboratoire Archéorient (MSH Maison de l'Orient et de la Méditerranée) lui succède en 2006.

Cette mission regroupe des équipes de recherche qui travaillent sur l'occupation humaine, de la préhistoire aux royaumes antiques, dans les basses terres du Yémen.
Le programme a d'abord porté sur la préhistoire dans la région du Ramlat as-Sab'atayn puis S. Cleuziou oriente les recherches vers le peuplement protohistorique et les royaumes antiques à partir de 1992. La Mission Archéologique Française dans le Jawf-Hadramawt est financée par le Ministère des Affaires étrangères.

Mission préhistorique au Viêt Nam

  • FRAEPMSHRG-MPV
  • Collectivité
  • 1996-1998

Sous la direction de Marielle Santoni et en collaboration avec l'Institut d'archéologie d'Hà Nôi, la mission a réalisé des prospections et des sondages de sites préhistoriques dans le nord du Viêt Nam.

Mission préhistorique au Yémen du Sud (République démocratique populaire du Yémen)

  • FRAEPMSHRG-MPYS
  • Collectivité
  • 1983-1992

La Mission préhistorique au Yémen du Sud a été créée en 1983 sous la direction de Marie-Louise Inizan, directrice de recherche honoraire au CNRS. Cette mission a fonctionné jusqu'en 1992. Le programme a d'abord porté sur l'occupation humaine à la préhistoire, en particulier dans la région du Ramlat as-Sab'atayn, où ont été conduites plusieurs campagnes de prospections. A partir de 1988, Serge Cleuziou, co-directeur avec M.L. Inizan du programme "Peuplement ancien du Yémen" oriente les recherches vers le peuplement protohistorique puis les royaumes antiques en 1992.
La Mission pré- et protohistorique du Jawf-Hadramawt succède à la Mission préhistorique au Yémen du Sud en 1993 sous la direction conjointe de M.L. Inizan et M. Mouton.

Santoni Marielle

  • FRAEPMSHRG-MS
  • Personne
  • Chercheur au CNRS à partir de 1979

Mission de Suse. Délégation archéologique française en Iran

  • FRAEPMSHRG-MSUSE
  • Collectivité
  • 1968-1979

La Mission de Suse a été dirigée par Jean Perrot à partir de 1968. Elle reçoit ses crédits de recherche du ministère français des Affaires étrangères et bénéficie pour la préservation, la restauration et la mise en valeur des ruines et des objets, de fonds du gouvernement iranien (Office national de protection des monuments historiques d'Iran et de la Direction générale des antiquités et des musées de l'Iran) et occasionnellement de fondations privées. La Délégation archéologique française en Iran (DAFI) lui apporte un soutien sur le plan du personnel et de l'équipement.

Pour mener à bien les fouilles de Susiane et de Suse, Jean Perrot confie la responsabilité des différents chantiers à des chercheurs en majorité du CNRS (RCP 50 et RCP 362 sous la direction de J. Perrot, URA 19 Iran-Sud du Centre de recherches archéologiques/CRA, sous la direction de G. Dollfus, Unité d'archéologie islamique dirigée par J. Thomime-Sourdel) ainsi qu'à des universitaires américains (Ann Arbor Michigan, et UCLA). Chaque année des stagiaires-jeunes chercheurs iraniens sont envoyés à Suse par la Direction générale des antiquités et des musées de l'Iran pour participer aux fouilles et suivre chaque jour des cours théoriques. La formation de jeunes archéologues iraniens est pour J. Perrot et ses collègues une priorité.

Les chercheurs, stagiaires iraniens, français et étrangers, techniciens et personnel pendant les saisons de fouilles sont hébergés et ont leurs laboratoires dans le "château de Suse" construit sur le site par J. de Morgan. Grâce aux recommandations de l'ambassadeur de France, R. de Souza, des donations d'entreprises françaises travaillant en Iran permettent d'agrandir le secteur hôtelier : chambres pour les stagiaires et grande salle à manger.

Pluridisciplinaire et internationale, la mission de Suse a pour "objectif à long terme une évaluation globale du développement de la région de Suse et du Sud-Ouest de l'Iran, depuis les origines en recourant à l'analyse des variations du milieu naturel, de la population et de la structure de ses centres, de la modification des stratégies de subsistance, de l'évolution des échanges inter-régionaux, des aspects successifs de l'intégration politique. La condition première de cette étude est l'établissement d'une séquence archéologique solide, liée à un cadre chronologique aussi précis que possible" (Dossiers Histoire et Archéologie, n° 138, 1989, p.14). Ainsi, afin de couvrir toute l'histoire de Suse et de la plaine où elle s'est installée (du VIe millénaire au XIIe siècle après J.-C.) un programme de recherches stratigraphiques est lancé par Jean Perrot dès 1968. Plusieurs chantiers sont alors successivement ouverts dans la région de Suse et dans différents secteurs de l'agglomération : tepes Djaffarabad, Djowi et Bendebal, tepe de l'Acropole de Suse, tepe de la Ville Royale, tepe de l'Apadana, secteur du Chaour, tepe des Artisans et ville moderne de Suse. Les recherches de la mission française sont menées de concert avec celles que conduisent activement dans la même région, les différentes missions américaines ainsi qu'en étroite collaboration avec les archéologues iraniens, et notamment le Centre iranien de recherches archéologiques.

A la fin de chaque campagne de fouilles, chaque chantier fait l'objet d'un rapport illustré graphiquement et photographiquement dont un exemplaire est adressé à Téhéran au Centre de recherches archéologiques iranien, un autre au ministère français des Affaires étrangères et au Centre de recherches archéologiques (CNRS). Un double des fiches, traduit en persan par le représentant du Département des antiquités et les stagiaires, est également remis au Centre de recherches archéologiques iranien de Téhéran.

Tout le matériel archéologique (poterie, objets en pierre, en métal, en os, tablettes, monnaies, figurines, restes animaux et humains, etc.) retrouvé au cours des fouilles, est classé et rangé dans les réserves aménagées pour ce faire dans le "château", ou déposé dans les nouvelles réserves du musée de Suse. Les objets les plus intéressants sont remis au musée de Suse pour présentation au public. Le musée, créé par R. Ghirshman, a été agrandi avec l'aide de la mission française par l'Office des musées d'Iran (province du Khuzistan). Au début de la mandature de J. Perrot, il a été mis fin au "partage entre l'Iran et la France" des objets retrouvés lors des fouilles. Tous doivent rester en Iran, à Suse.

En 1979 les travaux de terrain sont interrompus à Suse.

Les résultats des travaux conduits entre 1968 et 1979 font, chaque année, l'objet d'articles dans les actes des symposiums de la recherche archéologique tenus annuellement à Téhéran.

La quasi-totalité du matériel archéologique est publiée dans les quinze volumes des Cahiers de la Délégation archéologique française en Iran coordonnés par G. Dollfus et publiés par l’association Paléorient (distribution : éditions Faton). Par aillleurs, deux colloques internationaux ont eu lieu à Suse en 1977 et au centre culturel régional de Cirey-les-Bellevaux en 1985. Publiés dans la revue Paléorient, ils ont permis aux archéologues de proposer les premières synthèses. Un important ouvrage, coordonné par J. Perrot, concernant le Palais de Darius, a été publié en 2010 ( Perrot Jean dir., Le palais de Darius à Suse , Une résidence royale sur la route de Persépolis à Babylone, Paris : PUPS, 2010).

Daune-Le Brun Odile

  • FRAEPMSHRG-ODL
  • Personne
  • Ingénieur au CNRS à partir de 1982

Sargnon Odette

  • FRAEPMSHRG-OS
  • Personne
  • 1902-1992

Après une licence de lettres classiques, Odette Sargnon obtient un diplôme de bibliothécaire.
A Paris, elle complète sa formation par des études d'art et d'archéologie. En 1945, elle obtient le diplôme d'études supérieures avec un mémoire intitulé "Y a-t-il une sénilité plastique ? Archaïsme grec, décadence romaine et art pré-byzantin".
Engagée comme collaboratrice technique par Charles Picard à l'Institut d'Art et d'Archéologie (Paris), elle prépare une thèse d'université "Les bijoux préhelléniques" qu'elle soutient en 1970 et qu'elle publie en 1987.

Becquelin Pierre

  • FRAEPMSHRG-PB
  • Personne
  • Chercheur au CNRS à partir de ?

Chambon Philippe

  • FRAEPMSHRG-PC
  • Personne
  • Chercheur au CNRS à partir de 2001
Résultats 141 à 160 sur 192