Affichage de 188 résultats

Notice d'autorité

Centre archéologique de Pincevent

  • FRAEPMSHRG-PI
  • Collectivité
  • Depuis 1964

En 1964, suite à la découverte du premier habitat paléolithique de plein air en Europe, l’État achète le terrain de Pincevent et confie la gestion du site et des fouilles au professeur André Leroi-Gourhan.
En 1983, le Centre archéologique de Pincevent est lauréat du concours départemental du patrimoine et reçoit la somme de 15 000 F. A partir de cet événement, est créée une association loi 1901 portant de nom de Centre archéologique de Pincevent. Cette association, dirigée par André Leroi-Gourhan jusqu'en 1985 puis par Gilles Gaucher, assure la gestion des fouilles. Jusqu'en 1979, le Centre archéologique de Pincevent ne gère que le site de Pincevent. A partir des années 1980, il gère aussi des programmes de recherche et d'autres opérations de terrain.
Les crédits proviennent principalement du Ministère de la Culture et le personnel dépend en grande majorité du CNRS. En 1994, l’État, la région Ile-de-France et le département prévoient plus de quatre millions de francs pour l'aménagement du site de Pincevent. Cet aménagement sera en partie réalisé en 2000.

Repères chronologiques concernant l'aménagement du site :

    1. Édification sur le site de deux bâtiments préfabriqués et de huit hangars. Le terrain est enclos et doté d'un gardien. Deux salles d'exposition sont aménagées : l'une autour du premier grand moulage de sol préhistorique (80 m2) réalisé au monde, l'autre consacrée aux occupations du site depuis le paléolithique et aux activités des magdaléniens.
  • 1966-1967. Demande de moyens à la région pour l'hébergement des fouilleurs (aménagement d'une quarantaine de chambres, d'une salle à manger, de sanitaires et d'une cuisine) et pour l'aménagement d'une des deux salles d'exposition construites en 1965. Cette demande n'a pas abouti.
    1. Le site est classé " monument historique ".
    1. Un projet d'aménagement est inscrit au contrat plan État-région Ile-de-France. Il est prévu d'aménager un lieu de recherche sur la période magdalénienne digne de l'importance du site et de la qualité des chercheurs accueillis et la réalisation d'un lieu d'animation essentiellement tourné vers le milieu scolaire. 16 millions de francs de travaux sont prévus. Ce projet n'a pas abouti.
    1. Le Directeur du patrimoine (Ministère de la Culture) décide que des bâtiments doivent être construits pour l'hébergement et le travail des archéologues.
    1. Pincevent est déclaré " site archéologique d'intérêt national "
    1. Les constructions prévues en 1994 sont en partie réalisées grâce aux participations de l'Etat (2 millions de francs), de la Région (2 millions de francs), et du Département (700 000 francs). Des bungalows de bois posés sur plots sont construits. Ils comprennent une cuisine/salle à manger, quatre unités de douches/sanitaires et trois unités de huit chambres et six dortoirs pour les chercheurs et les stagiaires.
  • En 2000. Projet de construction d'un abri de fouilles pour la protection d'une nouvelle zone de fouilles sur le site.

Duval Paul-Marie

  • FRAEPMSHRG-PMD
  • Personne
  • 1912-1997

Paul-Marie Duval est né à Paris le 6 août 1912.
Après des études au Lycée Louis-le-Grand, il entre à l’École normale supérieure en 1934 puis passe l'agrégation d'histoire et de géographie en 1939. Il enseigne alors au Lycée Claude-Bernard à Paris puis est nommé pour ordre membre de l’École française de Rome (alors fermée) entre 1942 et 1944.
Dans ce cadre, il dirige plusieurs missions archéologiques en Afrique du Nord. A son retour à Paris, il est assistant d'histoire ancienne à la Sorbonne.
L'année 1946 marque un tournant important dans la vie de Paul-Marie Duval. En effet, il prend la succession d'Albert Grenier à la direction d'études de la IVe section de l’École pratique des hautes études (Antiquités de la Gaule celtique et romaine) où il enseignera durant 10 ans. En 1946, il est aussi nommé directeur des fouilles des thermes du Musée de Cluny, fonction qu'il occupera jusqu'en 1957. Enfin, il devient secrétaire de la revue "Gallia" et secondera Albert Grenier durant 15 ans.
En 1961, il est docteur ès-lettres et prend la direction de "Gallia". Trois années plus tard et jusqu'en 1982, il est titulaire de la chaire d'archéologie et d'histoire de la Gaule au Collège de France. En 1971, il entre à l'Institut, comme membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres puis en devient le président en 1983.
Paul-Marie Duval, tout comme Albert Grenier auparavant, a participé activement à l'organisation de l'archéologie nationale. Ainsi, il convainc André Malraux, ministre de la Culture, de créer le Conseil supérieur de la recherche archéologique dont il assure la présidence entre 1971 et 1978.
Considérant la publication comme une activité capitale, il développe et enrichit la revue "Gallia" durant 25 ans.
Son œuvre dans les domaines de l'histoire et de l'archéologie de la Gaule et du monde celtique est considérable. Sa bibliographie compte, en effet, plus de 250 références d'ouvrages et d'articles.
Après sa mort, le 14 janvier 1997, la famille de Paul-Marie Duval décide de faire don de sa bibliothèque et de ses archives à la Bibliothèque d'Art et d'Archéologie Jacques Doucet (Institut national d'histoire de l'art) . Les documents conservés au service des archives de la Maison René-Ginouvès complètent ce fonds et plus précisément, les dossiers relatifs à la documentation archéologique et à la préparation d'ouvrages et articles.

Equipe "Préhistoire en Méditerranée orientale : Chypre et Jordanie, 9000-5500 BP" (UMR 7041)

  • FRAEPMSHRG-PMO
  • Collectivité
  • 2000-2004

Les recherches de l'équipe Préhistoire en Méditerranée Orientale avaient pour cadre deux milieux géographiques différents :

  • une île, Chypre, où sont étudiés les développements d'une colonisation en milieu insulaire : le Néolithique précéramique de Chypre ou Culture de Khirokitia, une civilisation originale, aboutissement au 7e millénaire d'un long processus dont les débuts remontent au 9e millénaire et qui s'est déroulé dans le milieu clos que constitue une île.
  • les marges semi-arides, en Jordanie, où dans la vallée du Jourdain est étudié le développement de sociétés post néolithiques et en particulier les modifications d'ordre social et économique aussi bien que culturel qui conduisent à l'urbanisation.
    Les recherches s'organisent autour des thèmes suivants : environnement, architectures et organisation des espaces, mobilité : raisons et réseaux, évolution de l'économie, évolution des traits culturels dans un milieu insulaire.
    Les recherches de terrain s'appuient sur les fouilles de deux sites : le site de Khirokitia (Chypre) 7e-6e millénaires avant J.-C., réoccupé au 5e millénaire ; le site de Abu Hamid (Jordanie) fin du 6e-début du 4e millénaires.
    L'équipe étaient constituée de chercheurs permanents : Geneviève Dollfus, directrice de recherche CNRS, directrice de la mission archéologique de Abu Hamid, responsable de l'équipe PMO ; Alain Le Brun, directeur de recherche CNRS, directeur de la mission archéologique de Khirokitia ; Odile Daune-Le Brun, ingénieur de recherche CNRS.
    Elle comprenait des chercheurs et des enseignants chercheurs français et étrangers associés aux programmes de recherche (11 associés au programme "Chypre" et 12 associés au programme "Jordanie") ainsi que des doctorants et des post-doctorants.

Plumet Patrick

  • FRAEPMSHRG-PP
  • Personne
  • 1934-2010

DIPLÔMES UNIVERSITAIRES
1955: Baccalauréat, série Sciences expérimentales (Paris)
1957: Certificat d'Etudes littéraires générales (Sorbonne)
1966: Licence ès-Lettres modernes avec certificat d'archéologie (Université Laval, Québec)
1975: Thèse de doctorat de 3e cycle, Archéologie préhistorique: Analyse archéologique de l'occupation paléoesquimaude à Poste-de-la-Baleine, Nouveau-Québec. Université de Paris I. Jury: M. Brézillon, A. Laming-Emperaire, A. Leroi-Gourhan directeur.
1984: Doctorat d'Etat ès-Lettres, Archéologie préhistorique: Archéologie de l'Ungava: le site de la pointe aux Bélougas (Qilalugarsiuvik) et les maisons longues dorsétiennes. Université de Paris I. Jury: José Garanger (directeur), R. Treuil, E. Knuth, A Leroi-Gourhan, J.-P. Rigaud.

SPÉCIALISATIONS

  • Préhistoire.
  • Archéologie, palethnologie et ethnohistoire de l'Amérique du Nord et de l'Arctique.
  • Histoire et archéologie des premiers établissements scandinaves dans l'Arctique et en Amérique.
    THEMES DE RECHERCHE
  • Les origines sibériennes de l'Esquimau.
  • Les relations entre le Paléolithique supérieur d'Asie orientale et le premier peuplement de l'Amérique.
  • La préhistoire de l'Arctique oriental et plus particulièrement de l'Ungava.
  • L'implantation norroise dans l'Atlantique nord et son influence sur les autochtones du Nord-Est de l'Amérique et de l'Arctique.

POSTES ET FONCTIONS OCCUPÉS
1955-59: Professeur à l'Institut français d'Athènes: enseignement de la langue et de la littérature françaises.
1960-62: Service militaire en Algérie.
1962-63: Membre de l'expédition Samivel en Islande, au Groenland et au Labrador: recherche documentaire, responsable de la photographie et cinéaste auxiliaire, pour la réalisation d'un film et d'un livre (Samivel et Plumet, 1963).
1963-64: Professeur de littérature et d'histoire au Collège St-Jean-Eudes à Québec: classes de Première et de Terminale.
1964-65: Professeur de littérature et d'histoire au Collège St-Vallier à Québec: classes de Première et de Terminale.
1966: (fin juin - fin août) Membre de la mission archéologique Ungava 66 du Centre d'Etudes Nordiques de l'Université Laval (Québec): assistant de recherche sur le terrain. Reconnaissances et fouille (cf. Travaux de terrain).
1967: (fin juin - fin août) Chargé de mission dans l'Ungava oriental et au Labrador pour le Centre d'Etudes Nordiques de l'Université Laval (Québec): reconnaissances et fouille (cf.Travaux de terrain).
1968: (fin juin - début septembre) Chargé de mission dans l'Ungava occidental pour le Centre d'Etudes Nordiques de l'Université Laval (Québec): reconnaissances et fouille (cf. Travaux de terrain).
1969: (septembre) Chargé de mission dans la baie d'Hudson par le Centre d'Etudes Nordiques de l'Université Laval (Québec): évaluation d'un site et fouille ( cf. Travaux de terrain).
1969: (à partir d'octobre) Professeur à l'Université du Québec à Montréal, section d'Histoire de l'Art. Chargé du développement de l'orientation "archéologie."
1971: Création du Laboratoire d'archéologie à l'Université du Québec à Montréal.
1975-80 : Déchargé d'enseignement pour assurer la coordination d'un programme de recherche pluridisciplinaire et interuniversitaire dans l'Arctique canadien : Tuvaaluk (cf. Travaux de terrain et activités liées à la recherche).
1980-81: Congé sabbatique en Europe: rédaction d'articles et de travaux scientifiques, visite de centres de recherches européens, conférences.
1981-83 : Coordonnateur scientifique d'un programme de recherche pluridisciplinaire sur la Haute Côte-Nord du Saint Laurent (Québec). Co-responsable d'une école de fouille dans le cadre du programme de recherche.
1981-93 : Professeur permanent au Département des Sciences de la Terre de l'Université de Québec à Montréal.
1983-84: Directeur de Recherche Associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris. Séminaires à Paris I
1989-90 : Congé sabbatique en France. Invité par l'ERA 28 du C.N.R.S. à Meudon et boursier du Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Science pour la coopération Québec-France.
1990 - : Chercheur associé à l'ERA-28 du CNRS.
1992 : Boursier du programme d'échange Canada-Russie de l'Association des Universités et Collèges du Canada. Invité de l'Académie des Sciences de Russsie.
1994 : (6-10 mars) invité comme professeur associé à l'Université Senghor, Le Caire, Égypte.
1994-97 : Recherche et rédaction de travaux dans le cadre d’un accord de préretraite avec l’Université du Québec. Préparation d’un site WEB rendant compte des résultats du programme de recherche Tuvaaluk (www.unites.uqam.ca/tuvaaluk).

RESPONSABILITÉS COLLECTIVES
1971 : Rapporteur pour l'archéologie du comité pour la restructuration du secteur des Arts de l'Université du Québec à Montréal.
1974: Membre du conseil de module des Sciences de la Terre (U.Q.A.M.). Membre du comité d'attribution des permis de recherche archéologique, Min. des Aff. culturelles, Québec.
1974-93 : Président du comité d'édition de la collection Paléo-Québec.
1975 : Membre de la «Task Force on archaeology», Musée national de l'Homme, Ottawa.
1976 : Membre du comité d'organisation du 3e colloque sur le Quaternaire du Québec. Membre du comité d'enquête du Conseil des Arts du Canada sur le projet Carthage.
1977-85 : Membre du comité de rédaction du «Journal Canadien d'Archéologie/Canadian Journal of Archaeology.
1980-84 : Représentant de l'Université du Québec à Montréal auprès de l'Association universitaire canadienne d'Etudes nordiques.
1985-89 : Président du Comité de Recherche nordique de l'Université du Québec à Montréal.
1985-86 : Membre du comité d'organisation du congrès d'Etudes Inuit, Université. Mc Gill, 1986.
1987-90 : Membre du comité chargé de préparer un programme de maîtrise interuniversitaire en archéologie.
1991- : Membre du comité scientifique de l'Institut des Sciences de l'Environnement (Montréal).
1992 : Conseiller scientifique pour la préparation d'une exposition sur les Vikings au Musée de la civilisation du Québec.
1992- : Membre du «Comité international pour l'archéologie en Tchoukotka» (Suisse-Canada-Allemagne).

CONFÉRENCES, ÉMISSIONS
Conférences dans les universités du Québec à Montréal, à Chicoutimi, à Trois-Rivières, à l'université Laval, à la Société de Géographie de Québec, au Musée de la Civilisation du Québec. En France, conférences à Paris I, Bordeaux, ainsi qu'auprès de sociétés savantes au Canada et en France.
Émissions de radio et de télévision: Radio-Canada, Radio-Québec, France Culture, Radio France Internationale.

TRAVAUX DE TERRAIN ET MISSIONS

  • 1955-60 : Voyages d'étude personnels en Grèce, Turquie, Iran, Afghanistan, Syrie, Liban, Egypte. Travail dans les musées, constitution d'une documentation photographique sur l'ethnologie et l'archéologie.
  • 1962-63 : Missions en Islande et au Groenland (mai - septembre 62), ainsi qu'au Labrador (juin et juillet 63). Recherche documentaire, photographie d'objets dans les musées, contribution au tournage d'un film et à la réalisation d'un livre (Samivel et Plumet, 1963).
  • 1963 : Août: participation à l'expédition archéologique "Témiscami-Albanel" avec la Société d'archéologie de Sherbrooke: fouilleur, chargé des enregistrements photographiques et cinématographiques.
  • 1964 : Voyage d'étude personnel au Mexique (juillet-août). Visite de sites et travail dans les musées. Constitution d'une documentation photographique et sonore sur l'ethnologie et l'archéologie.
  • 1965 : Voyage d'étude personnel au Chiapas (Mexique) et au Guatémala. Poursuite du travail de 1964.
  • 1966 : Juillet-août: participation aux fouilles de Pamiok, dans l'Ungava, sous la direction de Th. E. Lee, Centre d'Etudes Nordiques de l'Université Laval (Québec). Site présumé norrois.
  • 1967, Juillet-août: reconnaissance et fouille dans l'Ungava oriental et au Labrador septentrional. Mission du Centre d'Etudes Nordiques de l'Université Laval.
  • 1967, Septembre-octobre: participation aux fouilles archéologiques du site El Mirador, au Chiapas (Mexique), sous la direction de Pierre Agrinier (New World Archaeological Foundation).
  • 1968, Juillet-Août: reconnaissances et fouilles archéologiques dans l'Ungava oriental et au détroit d'Hudson. Mission du Centre d'Etudes Nordiques de l'Université Laval (Québec)
  • 1968, Septembre-octobre: participation à des reconnaissance archéologiques au Chiapas (Mexique), sous la direction de Pierre Agrinier (New World Archaeological Foundation).
  • 1969 : Septembre: reconnaissance archéologique et fouille à Poste-de-la-Baleine (est de la baie d'Hudson). Mission du Centre d'Etudes Nordiques de l'Université Laval (Québec).
  • 1970 : Juin-Septembre: reconnaissance et fouilles archéologiques au nord-ouest de l'Ungava et dans la baie du Diana (Arctique québécois). Mission du Ministère des Affaires culturelles du Québec et du Centre d'Etudes Nordiques de l'Université Laval.
  • 1972, Organisation scientifique et logistique de la mission Hudsonie-72 (côte est de la Baie d'Hudson) en collaboration avec le Centre d'Etudes Nordiques de l'Université Laval
  • 1972, Juillet: reconnaissance et expertise archéologique du Parc National de la Mauricie en collaboration avec le Musée de Préhistoire de l'Université du Québec à Trois-Rivières.
  • 1973 : Juin-Août: direction de la mission pluridisciplinaire dans le nord-ouest de l'Ungava (Laboratoire d'archéologie de l'Université du Québec à Montréal et Commission archéologique du Canada).
  • 1974: Juillet: direction de la mission pluridisciplinaire à l'île Akpatok, dans la baie d'Ungava et à la baie du Diana. Reconnaissance et fouilles archéologiques, conseiller scientifique pour la réalisation d'un film pour Explo-Mundo et Radio-Canada: Etook.
  • 1976 : Juin-août: direction de la mission pluridisciplinaire du programme Tuvaaluk. Reconnaissances dans l'Ungava occidental, mise en place des équipes des différentes disciplines, fouille et relevés palethnographiques à l'Ile du Diana (Territoires du Nord-Ouest). Enquêtes ethnohistoriques et ethnographiques.
  • 1977 : Juin-août: direction de la mission pluridisciplinaire du programme Tuvaaluk. Travail archéologique, géomorphologique et ethnohistorique sur la côte sud du détroit d'Hudson et à l'intérieur du Nouveau-Québec, fouille au nord-ouest de la baie d'Ungava.
  • 1978 : Juillet: mise en place des équipes (vingt personnes) du programme Tuvaaluk à la baie du Diana et au détroit de McLelan. Reconnaissances archéologiques et géomorphologiques, relevés palethnographiques en Ungava oriental, en Ungava méridional et au Labrador septentrional. Vérification de données ethnohistoriques.
  • 1979 : Juillet: visite des équipes du programme Tuvaaluk au lac Robert et à l'île du Diana. Relevés palethnographiques et géomorphologiques le long des côtes de la baie d'Ungava et au Labrador. Recherche des sources de matières premières préhistoriques.
  • 1983 : Juin: mission préliminaire aux Grandes Bergeronnes pour la préparation du programme de recherche pluridisciplinaire sur la Haute Côte-Nord du Saint-Laurent.
  • 1985 : Août-septembre: direction de la fouilles d'un site de l'Archaïque et coordination des recherches pluridisciplinaires aux Grandes Bergeronnes, Haute Côte-Nord du Saint-Laurent. Conseiller scientifique pourla réalisation d'un film pour Radio-Québec.
  • 1987 : Août: participation aux fouilles du gisement d'Isenya (Kenya), sous la direction d'Hélène Roche, ERA-28, CNRS.
  • 1988 : Août: visite de l'équipe de fouille de Serge Lebel au Bau de l'Aubésier (France), intégrée à l'école de fouille de l'université de Patrick Plumet.
  • 1989 : Juillet: direction du travail de terrain dans la région de Blanc-Sablon, Basse Côte-Nord du Saint-Laurent, détroit de Belle Isle. Recherche des indices archéologiques de contacts et de relations inter-ethniques entre populations arctiques et subarctiques. Travail aux musées de Red Bay (Labrador) et de Saint-Jean de Terre-Neuve.
  • 1990, Mai-juin: mission d'étude au Danemark. Travail sur des données palethnologiques et historiques provenant du Groenland.
  • 1990, Juillet-août: visite de sites archéologiques en Sibérie (lac Baïkal), examen de collections à Novosibirsk et Irkoutsk.
  • 1991: juillet-septembre: participation à l'expédition internationale «Pour la contribution des scientifiques du monde au Grand Nord soviétique» au Kamtchatka et en Tchoukotka.
  • 1992, juin: séjour à Neuchâtel (Suisse); préparation d'un projet de recherche.
  • 1992, septembre-octobre: mission d'étude à Moscou à l’invitation de l’Académie des sciences. Travail sur les collections du Musée des Arts et des peuples d'Orient et dans les archives de l'Institut d'Archéologie.
  • 1992, novembre-décembre: séjour de travail à l'ERA-28 du CNRS (Meudon).
  • 1994, 21-24 avril: participation à la rencontre franco-danoise sur les recherches archéologiques et ethnologiques dans l'Arctique.
  • 1994, août-septembre: invitation de l’Alaskan-Siberian Research Center, voyage de recherche en Alaska.
  • 1996, mai-juillet : bourse de la Fondation Paule Mikkelsen pour un séjour de recherche au Danemark.
  • 2002, Avril, séminaire à l’Institut d’ethnologie du Musée national du Danemark .
  • 2002, 9-14 septembre : communication au Northern Archaeological Congress, Ekaterinburg- Khanty-Mansiisk, Sibérie occidentale, Russie.
  • 2006, 26-28 octobre : communication à la conférence du SILA à Copenhague : The Thule Culture – New Perspectives in Inuit Prehistory.

Rouillard Pierre

  • FRAEPMSHRG-PR
  • Personne
  • Chercheur au CNRS à partir de 1977

Soulier Philippe

  • FRAEPMSHRG-PS
  • Personne
  • Ingénieur au CNRS à partir de 1999

Recherche coopérative sur programme 476 (CNRS) "Recherche anthropologique au Proche- et Moyen-Orient"

  • FRAEPMSHRG-RCP476
  • Collectivité
  • 1977-1983

La RCP "Recherche anthropologique au Proche- et Moyen-Orient" a été créée en janvier 1977 sous la direction de Jacques Tixier, directeur de recherche au CNRS et fondateur du laboratoire Préhistoire et Technologie (UMR 7055) de la Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès.
Renouvelée deux fois, en 1980 et en 1982, la RCP est dissoute à la fin de l'année 1983.

A l'origine, la RCP 476 était composée de quatre équipes :

  • l'équipe "Ethnologie et Sciences sociales, programme d'établissement des cartes ethnographiques de l'Iran (PECEI) " sous la responsabilité de Jean-Pierre Digard,
  • l'équipe "Géologie et Préhistoire de la Syrie occidentale" sous la responsabilité de Francis Hours,
  • l'équipe "Préhistoire de Chypre" sous la responsabilité d'Alain Le Brun,
  • l'équipe "multidisciplinaire" sous la responsabilité de Jacques Tixier secondé par Marie-Louise Inizan. Cette équipe regroupe les chercheurs de la mission archéologique française à Qatar.

En 1978, la RCP 476 est associée au centre de recherches archéologiques de Valbonne.
En 1980, les deux premières équipes quittent la RCP 476.

Fouilles programmées de Sallèles-d'Aude

  • FRAEPMSHRG-SA
  • Collectivité
  • 1976-1998

Les fouilles de Sallèles d’Aude ont été conduites entre 1976 et 1998 sous la direction de Fanette Laubenheimer, directrice de recherche au CNRS. Elles ont permis de mettre au jour un important ensemble d'ateliers de potiers et de tuiliers gallo-romains, actif du Ier au IIIème siècle après J.-C. Ce chantier qui se voulait ponctuel à l'origine, a fait l'objet d'une fouille extensive qui a permis à Fanette Laubenheimer d'analyser un site dans sa totalité, à titre de référence. Sallèles d'Aude avait l'avantage d'être un complexe bien conservé regroupant habitat, carrière d'argile et zone artisanale complète. La production regroupait des matériaux de construction (tuiles, briques...), des objets de la vie quotidienne et surtout des amphores qui servaient au transport du vin, de la Narbonnaise jusqu'aux confins de l'Empire romain. Une quinzaine de fours, des puits d'extraction, des bassins de décantation et de foulage de l'argile ont été explorés ainsi qu'un quartier d'habitation et un aqueduc. L'exploration d'un tel complexe artisanal a permis de connaître la totalité de la structure de production (modes et rythmes de production, relations avec l'environnement proche, mais aussi les ouvertures économiques) et de proposer un modèle de fonctionnement.

En tant qu'archéologue responsable de la fouille de Sallèles d'Aude, Fanette Laubenheimer a créé en 1992 un musée de site nommé Amphoralis.
Le musée assure, pour le grand public, la transmission d'un savoir acquis au long des campagnes de fouilles. Il met en valeur les découvertes et présente le travail des potiers et des tuiliers : extraction de l'argile, techniques de fabrication des objets et commercialisation. Premier musée d'Europe consacré à l'ensemble d'un complexe de potiers et à ses fours, il accueille régulièrement 17 000 visiteurs par an.

Cleuziou Serge

  • FRAEPMSHRG-SC
  • Personne
  • 1945-2009

Serge Cleuziou était professeur d'archéologie du Proche-Orient à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et responsable de l'équipe "Du village à l’État au Proche et Moyen-Orient" (UMR 7041 de la Maison René-Ginouvès).
Orientaliste et archéologue protohistorien, il a principalement travaillé aux Émirats arabes unis et en Oman. Serge Cleuziou est décédé le 7 octobre 2009.

ÉTUDES ET CARRIÈRE :

    1. Doctorat de IIIe cycle en archéologie orientale, université Paris 1.
    1. Habilitation à diriger des recherches, université Paris 1.
    1. Directeur de recherche au CNRS.
    1. Professeur titulaire de la chaire d'archéologie orientale de l'université Paris 1.

PRINCIPAUX TRAVAUX DE TERRAIN :

  • 1976-1984. Directeur de la mission archéologique française d'Al-Aïn (Abou Dhabi, Émirats arabes unis).
    1. Co-responsable (avec T. Berthoud) du programme de prospection sur les anciennes mines de cuivre du Sultanat d'Oman dans le cadre de la RCP 442 du CNRS.
    1. Directeur des fouilles de tumuli de l'Age du bronze à Umm Jidr (Bahreïn).
  • 1985-2009. Co-directeur (avec le professeur M. Tosi) du projet Ra's al-Hadd (Sultanat d'Oman).
  • 1988, 1992-1993. Co-directeur (avec M.-L. Inizan) du programme "Peuplement ancien du Yémen".
  • 1994-1995. Participation au projet italo-russo-turkmène de cartographie du delta de la Murghab (Turkménistan), co-dirigé par M. Tosi, G.A. Koschelenko et A. Gubaev.
    1. Co-directeur (avec le professeur E. Masimov) du projet "Recherche sur le peuplement des piémonts nord-occidentaux du Kopet Dagh (Turkmenistan)". Fouilles à Ak Depe.

FONCTIONS ADMINISTRATIVES :

  • 1979-1981. Responsable de la RCP 442 du CNRS.
  • 1981-1992. Directeur de l'ERA 30 du Centre de recherches archéologiques (CRA).
  • 1982-1986. Membre nommé de la Commission 44 du CNRS.
  • 1986-1994. Membre élu du conseil de laboratoire du CRA ; représentant du conseil de laboratoire au comité scientifique et au comité de publication du CRA.
  • 1991-2000. Membre élu de la commission 31 du CNRS et secrétaire scientifique de la commission.
  • 1991-1995. Représentant de la commission 31 au conseil de département des Sciences de l'homme et de la société.

ENSEIGNEMENT ET FORMATION :

  • 1972-1981. Cours de licence sur les méthodes de l'archéologie (UFR Histoire de l'art et archéologie, université Paris1).
  • 1976-1978. Cours de licence et maîtrise sur les théories et méthodes en archéologie (UFR d'ethnologie, université Paris VII).
  • 1979-1994. Cours de licence d'archéologie orientale à l'université Paris 1 : enseignement sur l'Iran, l'Arabie, l'Indus et l'Asie moyenne aux âges du bronze et du fer.
  • A partir de 1998. Séminaires d'archéologie orientale dans le cadre du DEA Paléoenvironnement des universités Paris 1, Paris VI et Paris X.
    Direction de maîtrises et de thèses.

PARTICIPATION A DES COMITÉS DE RÉDACTION :

  • Membre du comité de rédaction de la revue "Les Nouvelles de l'Archéologie".
  • Membre du comité de rédaction de la revue "Arabian Archaeology and Epigraphy" (Copenhague).
  • Membre du comité de rédaction de la revue "Journal of Oman Studies" (Mascate).
  • Membre du comité scientifique international de "Africa and Asia before History".
  • 1991-2000. Membre du comité de rédaction de la revue "Paléorient" puis à partir de 2001 du comité scientifique.

Mission "Soyuq Bulaq" (Azerbaïdjan)

  • FRAEPMSHRG-SOY
  • Collectivité
  • 2006

Cette mission a été dirigée par Bertille Lyonnet et Farhad Guliyev (Institut d'archéologie et d'ethnologie, Bakou).

Rostain Stephen

  • FRAEPMSHRG-SR
  • Personne
  • Chercheur au CNRS à partir de 2001

Mission archéologique et ethnologique française au Mexique

  • FRAEPMSHRG-TO
  • Collectivité
  • 1961-1983

La Mission archéologique et ethnologique française au Mexique a été créée en 1961. En 1983, elle devient le Centre d’études mexicaines et centraméricaines (Mexico).

Revue "Tracés"

  • FRAEPMSHRG-TR
  • Collectivité
  • Depuis 2002

Deshayes Jean

  • FRAEPMSHRG-TT
  • Personne
  • 1924-1979

Jean Deshayes (1924-1979) était professeur d'archéologie orientale à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Spécialiste de l'archéologie iranienne depuis la période néolithique jusqu'à l'époque islamique, il a dirigé en particulier, les fouilles du site de Tureng Tepe (Iran) entre 1960 et 1977.

Repères chronologiques :

    1. Agrégation de Lettres.
  • 1949-1952. Membre de l'École française d'Athènes.
  • 1952-1958. Attaché de recherche au CNRS, Institut français d'archéologie de Beyrouth.
  • 1958-1961. Pensionnaire scientifique à l'Institut français d'archéologie de Beyrouth.
  • 1961-1968. Professeur d'archéologie orientale à l'Université de Lyon.
  • 1968-1979. Professeur d'archéologie orientale à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  • 1973-1976. Vice-président de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Unité de recherche archéologique n°19 Iran Sud

  • FRAEPMSHRG-URA19
  • Collectivité
  • 1973-1986

L'Unité de recherche archéologique n°19 du CNRS (Centre de recherches archéologiques) a été dirigée par D. Dollfus de 1975 à 1986.
"L'URA 19 rassemble à temps plein ou partiel des archéologues, des épigraphistes et des chercheurs de disciplines connexes à l'archéologie (numismate, paléoethnozoologue, paléoethnobotaniste, géologue de la surface, géophysicien). Le programme des recherches est centré sur Suse et sa région : 5000 ans d'occupation quasi ininterrompue.
La séquence archéologique et chronologique (absolue et relative) des sites de Susiane et de Suse constituent le pivot de l'histoire de l'Iran du Sud-Ouest et, à un moindre degré, de la Mésopotamie à l'Ouest, du Plateau iranien et des Pays du Golfe à l'Est.
Les recherche sur le terrain ont été conduites, selon les grandes périodes, par G. Dollfus, pour les 6e et 5e millénaires, A. Le Brun et H.T. Wright pour les 4e et début du 3e millénaires, E. Carter pour le 3e et début du 2e millénaires, P. de Miroschedji pour la fin du 2e millénaire et le 1er, R. Boucharlat pour les périodes achéménide, parthe, sassanide, M. Kervran pour la période islamique ainsi que par F. Vallat pour l'épigraphie et R. Gyselen pour les études de numismatique." (URA 19 - Iran Sud (Centre de recherches archéologiques du CNRS), rapport d'activité 1983, p. 1.).

Mission archéologique française au Khuzistan

  • MAFK
  • Collectivité
  • 1977

Cette mission de prospections archéologiques au Khuzistan et dans les régions voisines a été conduite par Pierre de Miroschedji en 1977. Elle a été organisée en complément des fouilles stratigraphiques menées par la Mission de Suse (Délégation archéologique française en Iran sous la direction de Jean Perrot) depuis 1975 dans les niveaux du 1er millénaire avant l'ère chrétienne.
L'objectif des prospections était de réaliser une carte archéologique du sud-ouest de l'Iran entre 1300 et 300 et d'identifier des sites mentionnés dans les textes historiques.
La campagne de 1977 avait un double but : réexamen des sites archéologiques de la fin du IIe et du Ier millénaires découverts au nord-ouest de la plaine du Khuzistan ; reconnaissance archéologique à l'ouest de la province du Khuzistan, le long de la rive gauche de la rivière Duwaïrij. Cette mission devait se poursuivre par des recherches plus étendues et par la réalisation de sondages. Cependant le programme a été interrompu et la campagne de 1978 n'a pas eu lieu.
Les travaux de 1977 ont été subventionnés par la commission consultative pour les recherches archéologiques à l'étranger (DGRCST, ministère des Affaires étrangères) avec le soutien du Centre iranien de recherches archéologiques.

Projet Manabi central (Equateur)

  • PMCE
  • Collectivité
  • 2001-2005

Les missions de fouilles et de prospections sur la côte centrale de l’Équateur ont été conduites sous la direction de Jean-François Bouchard, directeur de recherche au CNRS.

Résultats 161 à 180 sur 188