Affichage de 428 résultats

Inventaires
Série organique
Aperçu avant impression Affichage :

Préparation de publications et de conférences

Ensemble des typologies documentaires :
Lettres, courriels, notes de travail, recommandations aux auteurs, documents relatifs à la rémunération des droits d’auteur, contrats, relevés, réductions de relevés, photocopies de relevés, tirages photographiques, planches-contacts, épreuves, tableaux d’analyse des silex, diagrammes, graphiques, dessins, textes et illustrations préparatoires, textes de communication, documentation, programme, livret-guide, résumés, texte de projet, statuts d'association.

Liste des publications et communications :
FVA_V04_03

  • François Valla, « Le Natoufien, une culture préhistorique en Palestine ». Cahiers de la Revue Biblique, n° 15, éd. Gabalda, 1975.
  • Pierre Amiet, compte-rendu de : François Valla, « Le Natoufien, une culture préhistorique en Palestine ». Cahiers de la Revue Biblique, n° 15, Syria vol. 53, n°3, 1976.
  • André Leroi-Gourhan dir., « Dictionnaire de la préhistoire », Paris : Quadrige/PUF, 1988.
  • François Valla, Monique Lechevallier, « Notes à propos de quelques foyers natoufiens de Mallaha (Eynan, Israël) » dans « Nature et fonction des foyers préhistoriques, actes du Colloque international de Nemours », 12-13-14 mai 1987.
  • François Valla, « La fin de l’Epipaléolithique au Levant : les industries à microlithes géométriques », L’Anthropologie, tome 92, fascicule 3, 1988.
  • François Valla, « Les premiers sédentaires de Palestine », La Recherche, n°199, 1988.
  • François Valla, « Essai de typologie des objets de silex lustrés de Susiane », Paléorient, vol. 4, n°4, 1989.
  • Colloque « Conférence Internationale, la France et la terre sainte, deux siècles de relations (XVIII-XXème siècles), 19-21 mars 1990, communication de François Valla « La contribution française à l’étude de la Palestine préhistorique» (French contribution to the study of prehistoric Palestine).
  • François Valla, « Le Moyen-Orient » dans « La Préhistoire dans le monde » J. Garanger et A. Leroi-Gourhan dir., PUF, 1992.
  • Society for American Archaeology, 57th Annual Meeting, 1992.
  • « The Natufian Cultures », Pictures of record Image Collections, 1992-1994.
  • François Valla, “The first settled societies Natufian” (“Les premières sociétiés sédentaires”), Tomas E. Levy éd., The archaeology of Society in the Holy Land, 1995.
  • François Valla, “René Neuville” dans « The Oxford Encyclopedia of Archaeology in the Near East”, 1996.
  • François Valla, « Natufian seasonality : a guess » (saisonnalité au natoufien : un essai) dans « Seasonality and sedentism. Archaeological perspectives from Old and New World sites”, Cambridge, MA, 1998.
  • François Valla, « Une énigme natoufienne: les “mortiers” enterrés » dans « De Méditerranée et d'ailleurs...: mélanges offerts à Jean Guilaine », Archives d'écologie préhistorique, 2009.
  • François Valla, « From Eynan (Ain Mallaha) to Netiv Hagdud : developing a New Self-Awareness » dans Transitions in Prehistory : essays in Honor of Ofer Bar-Yosef, John J. Shea and Daniel E. Lieberman, Oxford: Oxbow books, 2009.

Présence de deux contrats originaux : contrat PUF pour la publication « La préhistoire dans le monde » 1987-1988 ; contrat avec les éditions Gabalda pour « Le Natoufien ».
Présence d’une invitation à participer aux fouilles de Suse (campagne 1976-1977).

FVA_V04_04

  • François Valla, « Molluses and vertebrate remains from the natufian of Wad (Mt Carmel), 1975.
  • François Valla, « Note sur l’industrie lithique de Mallaha (‘Eynan) », dans « Israel Exploration Journal », vol.25, 1975
  • Colloque franco-israëlien, CNRS/MRE, « Contribution à l’étude de l’évolution de l’Homme en Palestine : anthropologie, préhistoire, paléo-environnement », Jérusalem, (Emmaüs), 1986.
  • François Valla, « L’évolution du natoufien. Nouvelles suggestions », Paléorient 5, 1979.
  • François Valla, « Les établissements natoufiens dans le nord d’Israël », communication au colloque CNRS n°598, « Préhistoire du Levant », 1980.
  • François Valla, « Les premières civilisations pastorales (5ème-4ème millénaires), « Un siècle de recherche préhistorique en Palestine », « L’art des pasteurs de Palestine il y a 5000 ans » dans « Préhistoire en Israël », Dossiers de l’Archéologie n°100 1985.
  • Table-ronde « Manches et emmanchements préhistoriques », 1985.
  • François Valla, « Aspects du sol de l’abri 131 de Mallaha (Eynan), texte pour la publication du colloque « Préhistoire du Levant II », Lyon, 1988.
  • Faucilles natoufiennes de la Terrasse, “Glossed tools from Hayonim Terrace : blank choice and functional tendencies, 1997 : workshop on PPN chipped lithic industries”, Warsaw, 1995-1997.
  • Communication de François Valla « Problèmes posés par l’industrie de la couche 1b (Natoufien final) de Mallaha (Eynan), Israël » au colloque « Beyond tools. Reconsidering definitions, countingand interpretation of lithic assembalges », Venise, 1998.
  • François Valla et al., « Les potentialités des industries du silex du Natoufien final de Mallaha: essai d’évaluation », Berlin : Ex Oriente, 2001
  • Communication de François Valla « Les maisons, les vivants, les morts, le cas de Mallaha (Eynan) Israël » au 5th ICAANE (International congress on the archaeology of the Ancient Near East), Madrid, 2006.
  • François Valla, « L’homme et l’habitat : l’invention de la maison durant la préhistoire », éd. CNRS, 2008.
  • François Valla, « L'homme et l'habitat : l'invention de la maison durant la Préhistoire», éd. CNRS, 2008.
  • François Valla, « Le natoufien et la sédentarité », 2008.
  • Colloque « The Natufian Culture in the levant », s.d.
  • François Valla, « L’abandon du microthisme au Levant, fait technique et fait de culture », s.d.
  • François Valla, « Les fouilles de la terrasse d'Hayonim (Israël) 1980-1981 et 1985-1989 », Paris, De Boccard, 2012.

Présence d’un contrat original avec CNRS Editions pour la publication « Aux origines de la maison. Les habitats des premiers sédentaires », 2007.

FVAV04 05
Association AEA, « 12th meeting of The Association of European Archaeologists », Jérusalem, 1991-1993.

Documentation archéologique

Cette documentation semble avoir été rassemblée par Paul-Marie Duval au cours de 25 années de travail, entre 1954 et 1979. Les documents n'étant que rarement datés, la chronologie globale reste néanmoins très incertaine. Les photographies qui constituent la part la plus importante de la documentation (plus de 4000 clichés) , témoigne de ses multiples thèmes d'étude : l'art celtique, les villes gallo-romaines, la numismatique et l'épigraphie de la Gaule. Les diapositives d'art celtique sont les plus nombreuses. Les objets représentés (armes, bijoux, vases, sculpture...) sont conservés dans de nombreux musées d'Europe que Paul-Marie Duval visitait lors de ses voyages. Ces clichés lui ont probablement servi à préparer son ouvrage de synthèse, "Les Celtes", paru en 1977 dans la collection "L'Univers des Formes". La photothèque consacrée au villes gallo-romaines compte près de 1600 diapositives de sites archéologiques et d'objets conservés dans les musées français. Les recherches menées par Paul-Marie Duval sur Paris antique, tout au long de sa carrière, expliquent sans doute que les photographies de vestiges parisiens soient les plus nombreuses. Par ailleurs, la présence importante de clichés pris aux cours des fouilles menées place de la Bourse à Marseille témoignent du rôle majeur que Paul-Marie Duval a pu jouer dans les affaires des grands chantiers urbains.

Organisation de la recherche archéologique

A la suite de la "loi Carcopino" (1941) relative à la réglementation de l'archéologie en France, le CNRS est chargé de la nouvelle organisation des fouilles et des publications. Pour cela, sont créés le Comité technique de la recherche archéologique en France, la XVe Commission du CNRS et la revue "Gallia". Ces trois organes sont présidés par Albert Grenier. C'est dans le cadre de cette nouvelle organisation de l'archéologie qu'en 1949, le CNRS demande à Albert Grenier de mener une enquête sur l'activité et l'orientation scientifique des sociétés académiques ou savantes intéressées par l'archéologie et la Préhistoire. L'objectif de cette enquête est de fixer à l'échelon national, l'état de l'activité scientifique et d'offrir un soutien aux Sociétés. Les courriers échangés avec les directeurs des circonscriptions ainsi que les questionnaires remplis par les sociétés savantes constituent la plus grande part des documents conservés.

Cours et conférences

Après une première thèse intitulée "Habitations gauloises et villas latines de la cité des Médiomatrices", soutenue en 1906 à l’École des hautes études, Albert Grenier est maître de conférence en Grammaire antique à la Faculté des Lettres de Nancy. Il prépare alors sa thèse de doctorat sur la protohistoire de Bologne. Entre 1914 et 1918, Albert Grenier est mobilisé en tant qu'officier d'infanterie. Après la guerre, en 1919, la chaire d'antiquités gallo-romaines et rhénanes est créée pour lui à la Faculté des Lettres de l'Université de Strasbourg. Albert Grenier y enseignera jusqu'en 1935. Quelques manuscrits de cours ainsi que des notes de travail témoignent de ses premières années d'enseignement entre 1919 et 1925. En 1935, Albert Grenier occupe la chaire d'antiquités nationales au Collège de France, rétablie pour lui après la mort de Camille Jullian. Parallèlement, il assure la direction de la section Antiquités de la Gaule celtique et romaine à l’École des hautes études. Il mènera ce double enseignement jusqu'en 1945, à Paris et à l'Université de Montpellier où la chaire du Collège de France est transférée durant la seconde guerre mondiale. Les textes de cours conservés couvrent les années d'enseignement au Collège de France et l'année 1932-1933 durant laquelle Camille Jullian, alors malade, demande à Albert Grenier de le suppléer.

Préparation de publications

Les manuscrits, notes de travail et illustrations préparatoires dont le volume est le plus important concernent l’œuvre majeure d'Albert Grenier, le "Manuel d'archéologie gallo-romaine". Ce projet est amorcé dès 1919, lorsque Camille Jullian lui confie la tâche de poursuivre le "Manuel d'archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine" de Joseph Déchelette. En 1931 puis en 1934, Albert Grenier publie les tomes suivants. Le premier s'intitule "Généralités. Travaux militaires" et le second, en deux volumes, traite de l'archéologie du sol. Puis, la publication est interrompue jusqu'en 1958. A cette date, paraissent deux autres volumes sur l'architecture, puis deux ans plus tard, sont publiés les deux derniers volumes sur les monuments des eaux. De cette œuvre qui s'échelonne sur de nombreuses années, ont été conservés d'une part, les illustrations préparatoires et en particulier les différents états des dessins, et d'autre part, des manuscrits correspondant à certains chapitres des quatre derniers volumes. De l'époque où Albert Grenier était professeur à Nancy puis à Strasbourg, entre 1907 et 1935, seuls trois autres documents sont conservés aux cotes AG88/2, AG88/3 et AG89. Puis, à partir de 1935 lorsqu'il est nommé professeur au Collège de France, les traces de son travail sont plus régulières. Les manuscrits conservés correspondent à certaines de ses études majeures : "La Gaule romaine" dans l'ouvrage de Tenney Franck "A economic Survey of Ancient Rome" publié en 1937 ; "Sur la "coutume ouvrière" des potiers gallo-romains", article publié en 1938 dans la "Festschrift fur August Oxé" ; "Hercule et les théâtres gallo-romains" dans la "Revue des études latines" de 1940 ; la seconde édition du volume "Les Gaulois" publiée en 1945 ; "Tibère et la Gaule" publié en 1946 dans la "Revue des études anciennes". Sont conservés également les notes et les manuscrits d'un ouvrage de vulgarisation "La Gaule province romaine" paru en 1946 ainsi que des documents de 1959 correspondant à un ouvrage qu'Albert Grenier n'a pu terminer "Les Fastes de la province de Narbonnaise". Dès 1930, Albert Grenier est chargé par Camille Jullian de publier dans la "Revue des études anciennes", les "Notes d'archéologie romaine" puis en 1934, la "Chronique gallo-romaine". Bien qu'il assume cette charge jusqu'en 1946, seuls deux documents préparatoires en témoignent. S'ajoutent aussi quelques comptes rendus d'ouvrages publiés dans la REA ou dans d'autres revues comme la "Revue historique" (AG91/4) ou le "Journal des savants" (AG90/9) . Enfin, un ensemble de documents concerne la préparation de la "Carte archéologique de la Gaule romaine". A la demande d'Adrien Blanchet, Albert Grenier en prend la direction en 1955, dans le cadre du Comité technique de la recherche archéologique. Jusqu'en 1960, treize fascicules seront publiés avec l'appui de l'Institut de France. Albert Grenier est l'un des auteurs de la "Carte archéologique de l'Aude" (fascicule XII) qui paraît en 1959. Des travaux de préparation de ce fascicule et des précédents, il ne reste que quelques cartes préliminaires annotées. Les dossiers de travail les plus complets sont ceux qu'Adrien Blanchet confie à Albert Grenier en 1955. Ces dossiers, datés des années 1929-1931 sont relatifs à plusieurs projets de publication comme par exemple, la Carte archéologique de Haute-Savoie préparée par Charles Marteaux.

Résultats 1 à 20 sur 428