Affichage de 189 résultats

Inventaires
Sous-sous-sous-série organique
Aperçu avant impression Affichage :

Gestion des stagiaires et intendance

Listes et fichiers de stagiaires ; annonces de stage ; fiches d'inscription aux stages et attestations ; lettres.
Notes d'organisation de la vie quotidienne sur le chantier (horaires et dispositions générales), listes des équipes de fouilles, plannings de présence.
Présence de deux cahiers répertoriant d'un côté les dates de présence des fouilleurs et de l'autre les dépenses quotidiennes de fonctionnement entre 1964 et 1965 (EP35) puis entre 1971 et 1984 (EP37).
Présence d'un autre cahier répertoriant les dates de présence des fouilleurs entre 1966 et 1969 (EP35).
Présence de rapports de stage pour les années 1983 et 1985 et de fiches d'évaluation de stage pour les années 1975, 1977-1978 et 1983.

EP820. Années 1964-1970.
EP821. Années 1971-1981.
EP822. Années 1982-1996.

Gestion des dépenses

Relevés de compte ; talons de chèque ; factures ; devis.
Présence d'états récapitulatifs de dépenses.
Absence de documents pour les années 1987-1988 et 1996-1998.

EP810. Années 1964-1969.
EP811. Années 1970-1984.
EP812. Années 1985-1993.
EP813. Années 1994-2001.
EP814. Années 2002-2005.

Fouilles du secteur "Apadana Est" de Suse

En 1969, l'Office national pour la protection des monuments historiques de l'Iran accepte de financer un projet de conservation et de restauration du Palais de l'Apadana. Trois chantiers sont alors successivement ouverts avec comme objectif principal la compréhension des vestiges achéménides. Le premier chantier, situé sur le flanc est du tepe, est appelé "Apadana Est". La fouille, menée entre 1972 et 1978, est confiée à deux équipes : la première, dirigée par Monique Kervran (CNRS, URA 19 du centre de recherches archéologiques) assistée de Claire Hardy (CNRS) étudie les niveaux islamiques, tandis que la deuxième, dirigée par Daniel Ladiray (CNRS, CRFJ) , Rémy Boucharlat (CNRS, URA 19) et Audran Labrousse (architecte) étudie les niveaux plus anciens. Les découvertes furent remarquables : statue de Darius I et Porte du Palais.

Fouilles du Palais du Chaour

En 1968, à la suite de la découverte de fragments d'architecture achéménide sur la rive droite du Chaour, un chantier est ouvert dans ce secteur, face aux tepes de Suse. Entre 1969 et 1977, Rémy Boucharlat (URA 19 du centre de recherches archéologiques, CNRS) et Audran Labrousse (architecte) mettent au jour le Palais d'Artaxerxès II, témoin de l'oeuvre des Achéménides à Suse au début du IVe siècle avant notre ère. Sur les ruines achéménides, existent des vestiges d'architecture des époques parthe et sassanide eux-mêmes recouverts par des vestiges islamiques, et notamment une sucrerie découverte en 1973.

Fouilles des secteurs "Apadana, ville royale" et "Ville royale, Apadana" de Suse

Les recherches entreprises dans le secteur appelé "Apadana. Ville royale" ont débuté en 1975, après la découverte de la Porte du Palais de Darius I en 1972. Il était alors nécessaire d'étendre le chantier "Apadana Est" au vallon situé entre le tepe de l'Apadana et celui de la Ville royale, afin de résoudre le problème posé par l'accès à cette Porte et au niveau de l'esplanade.
Les fouilles, menées entre 1976 et 1978, sont dirigées par Claire Hardy-Guilbert (CNRS) pour l'étude des niveaux islamiques et par Daniel Ladiray (CNRS, CRFJ) et Joël Mallet (CNRS) pour l'étude des niveaux plus anciens.
Parallèlement, un second chantier nommé "Ville royale. Apadana" et situé de l'autre côté du vallon sur le tepe de la Ville royale, est ouvert sous la direction de Jean Perrot et de M. Mir Abdin Kaboli (Centre de recherches archéologiques de Téhéran).
Entre 1976 et 1978, les vestiges d'une nouvelle porte monumentale sont mis au jour. Ce nouveau bâtiment que les inscriptions sur les bases de colonne attribuent à Darius, apparaît comme un propylée conduisant au palais du roi.

Les noms des chantiers peuvent figurer en abrégé sur les documents :

  • Apadana, ville royale : AVR.
  • Ville royale, Apadana : VRA.
    Sur certains documents, les désignations des chantiers peuvent être abrégées en "APAVIR" et "VILAPA".

Fouilles des Tepes Djaffarabad, Djowi et Bendebal

Le programme de recherche sur les débuts de l'urbanisation en Susiane a été lancé en 1969, sous la direction de Geneviève Dollfus, directeur de recherche au CNRS, responsable de l'URA 19 (Iran sud) du centre de recherches archéologiques (CNRS) .
Entre 1969 et 1974, six saisons successives de fouilles se sont déroulées sur le tepe Djaffarabad. Puis, deux opérations de contrôle stratigraphique ont été menées sur le Tepe Djowi en 1975-1976, puis sur le Tepe Bendebal en 1977-1978, en vue de combler certaines lacunes constatées dans la stratigraphie de Djaffarabad.
Ces recherches, menées dans le cadre d'une équipe pluridisciplinaire, ont permis à Geneviève Dollfus de reconstituer le mode de vie des habitants de la plaine de Suse et de retracer l'histoire de son peuplement, entre la fin du VIe millénaire et le début du IVe millénaire, époque de la fondation de Suse.

Fouilles de la Ville royale II de Suse

Le chantier appelé "Ville royale II" est ouvert en 1975, sous la direction de Pierre de Miroschedji (URA 19 du centre de recherches archéologiques, CNRS). Situé au sud-ouest du tepe de la Ville royale, ce sondage avait pour but de fournir un cadre stratigraphique précis de l'occupation de Suse durant l'époque néo-élamite, de la fin du IIe millénaire au VIe siècle avant notre ère. Il s'inscrit ainsi dans la continuité du sondage de la "Ville royale I" qui couvrait le IIIe millénaire, alors que le IIe millénaire était connu par les fouilles extensives de Roman Ghirshman (Ville royale A) . A l'issue de trois campagnes de fouille menées entre 1975 et 1977, Pierre de Miroschedji a pu définir la séquence archéologique de Suse pour la fin de la période médio-élamite et la période néo-élamite, ainsi que les étapes de l'histoire de son peuplement à partir d'un cadre chrono-stratigraphique et typologique solide.

Fouilles de la Ville royale I de Suse

Dans le courant du IIIe millénaire, Suse s'étend vers l'est. Les occupations successives forment peu à peu une colline que les archéologues nommeront "tepe de la Ville royale". En 1972, un sondage stratigraphique appelé "Ville royale I", est implanté sur le côté occidental du tepe et Jean Perrot en confie la direction à Elizabeth Carter, professeur à l'Université de Californie (Los Angeles, USA). Ce sondage, conduit jusqu'en 1975, a permis d'établir la continuité entre les couches du IVe millénaire à l'Acropole et celles du IIIe millénaire au tepe de la Ville royale, de fixer la séquence archéologique de Suse au IIIe millénaire, et de mettre en lumière les différentes phases de l'histoire politico-culturelle de Suse durant cette période.

Résultats 61 à 80 sur 189