Mission archéologique franco-jordanienne de Tell Abu Hamid

Zone d'identification

Type d'entité

Collectivité

Forme autorisée du nom

Mission archéologique franco-jordanienne de Tell Abu Hamid

Forme(s) parallèle(s) du nom

Forme(s) du nom normalisée(s) selon d'autres conventions

Autre(s) forme(s) du nom

Numéro d'immatriculation des collectivités

Zone de description

Dates d'existence

1985-1992

Historique

Tell Abu Hamid est un village néo-chalcolithique, situé sur la rive orientale du Jourdain entre le lac de Tibériade et la mer Morte. Il fut découvert en 1975 par une équipe jordano-américaine et reconnu comme un site majeur de la Vallée du Jourdain. Menacé par le développement des travaux agricoles, le site est fouillé à partir de 1985 à la demande du département des Antiquités de Jordanie. Sous la direction conjointe de Geneviève Dollfus et du Professeur Zeidan Kafafi (Yarmouk University), la mission franco-jordanienne conduit cinq campagnes de fouilles jusqu'en 1992. Puis des campagnes d'étude du matériel archéologique sont organisées jusqu'en 2007.

La mission a bénéficié principalement du soutien du ministère français des Affaires étrangères, du CNRS, de l'université de Yarmouk et du département des Antiquités de Jordanie.

La chronologie du site s'échelonne de la fin du 6e millénaire à 3600 av. J.-C. Trois phases principales ont été reconnues :

  • A l'origine (5200-4800), le village est occupé par des groupes d'éleveurs et de cultivateurs vivant dans des huttes semi-enterrées, les bassins et les foyers se trouvant à l'extérieur. Ces habitations sont ensuite remplacées par des maisons de forme ronde ou ovale. Vers 4700 av. J.-C., elles semblent avoir été abandonnées mais le site continue d'être occupé par des groupes plus mobiles.

  • Dans la deuxième moitié du Vème millénaire (4600-4300 av. J.-C.) Abu Hamid devient un village aux maisons construites en brique crue, formées de deux espaces : l'un à usage d'habitation comportant au moins une grande pièce rectangulaire, l'autre à usage de réserve. A l'intérieur, les murs sont enduits de plâtre et parfois décorés. Les bassins et les foyers sont situés à l'extérieur. La poterie montre qu'il existait des liens avec la Syrie du Nord et l'Anatolie méridionale.

  • Aux alentours de 4000-3800 av. J.-C., le village s'agrandit. Il couvre environ 6 hectares au début du IVème millénaire. Les habitations, dont certaines reposaient sur des soubassements en pierre, étaient largement espacées. Le village ne comprenait pas de mur d'enceinte et devait donner sur des champs de céréales, de légumineuses et d'oliviers. Durant cette période, la culture matérielle montre qu'il existait des liens étroits avec le Djaulan, le Hauran et le Neguev.

Le village est abandonné vers 3600 av. J.-C.

Lieux

Statut juridique

Fonctions et activités

Textes de référence

Organisation interne/Généalogie

Contexte général

Zone des relations

Zone des points d'accès

Mots-clés - Sujets

Mots-clés - Lieux

Occupations

Zone du contrôle

Identifiant de la notice d'autorité

FRAEPMSHRG-MATAH

Identifiant du service d'archives

Règles et/ou conventions utilisées

Statut

Niveau de détail

Dates de production, de révision et de suppression

Langue(s)

Écriture(s)

Sources

Notes relatives à la mise à jour de la notice

  • Presse-papier

  • Exporter

  • EAC

Sujets associés

Lieux associés