Inventaires et archives en ligne

Mission préhistorique au Kenya

Zone d'identification

Type d'entité

Collectivité

Forme autorisée du nom

Mission préhistorique au Kenya

Forme(s) parallèle(s) du nom

Forme(s) du nom normalisée(s) selon d'autres conventions

Autre(s) forme(s) du nom

  • MPK

Numéro d'immatriculation des collectivités

Zone de description

Dates d'existence

Depuis 1983

Historique

Lieux

Statut juridique

Fonctions et activités

Les travaux de la mission préhistorique au Kenya dirigée par Hélène Roche, directrice de recherche émérite au CNRS, ont débuté en 1983 par la fouille du site d'Isenya. Ce site a été choisi pour deux raisons majeures : l'Acheuléen d'Afrique orientale et le pléistocène moyen dans son ensemble, étaient mal connus au début des années 1980 et délaissés au profit de sites plus anciens ; Isenya est un site de hautes terres (1650 mètres), le premier à être fouillé au Kenya, où les recherches archéologiques s'étaient concentrées dans la vallée du Rift. Les fouilles ont été menées jusqu'en 1988 à raison d'une campagne de trois à quatre mois chaque année. En 1989 et 1990, des études de matériel post-fouille ont été réalisées au Musée de Nairobi.

Le programme archéologique comportait trois volets principaux : fouille, expérimentation, prospection.


  • Fouille. Les objectifs du programme ont été atteints. Une exploration extensive du site (260 m2) a permis de comprendre de manière satisfaisante sa formation et l'organisation paléotopographique. Un matériel abondant a été collecté (14 000 objets).
  • Expérimentation. Plusieurs dizaines de réplications ont été réalisées pour chaque principale chaîne opératoire attestée sur le site, ce qui a permis de disposer d'un matériel de comparaison très complet.
  • Prospections. Conduites dans la région d'Isenya, les prospections ont permis d'insérer le site dans un méso-environnement sédimentaire et éventuellement une échelle chronostratigraphique.

Les études ont porté sur les processus de formation de site, les comportements (comportement de subsistance, comportements techniques, d'occupation de l'espace), la saisonnalité des occupations, les relations homme/milieu, les caractéristiques du milieu environnant.

En 1994, est créé Le West Turkana Archaeological Project (WTAP). Dirigé par Hélène Roche et Mzalendo Kibunjia, ce programme a pour objectif principal de mettre en évidence l'évolution comportementale des hominidés de la fin du Pléiocène au début du Pléistocène ancien, dans la région ouest du bassin du Lac Turkana, la Formation de Nachukui. Avant la création de ce programme, deux missions exploratoires avaient été conduites par la Mission préhistorique au Kenya en 1987 et 1988 ainsi qu'une campagne de fouilles en 1991. Puis deux autres campagnes en 1994 et en 1996 ont permis de répertorier près d'une trentaine de sites et de les tester par sondage. Entre 1997 et 1999, la mission a mené des fouilles sur un certain nombre de sites clés. En 2001, une campagne a été consacrée à la recherche des sources de matières premières pouvant être exploitées par les hominidés.

La mission préhistorique au Kenya a été financée par le ministère des Affaires étrangères. Les recherches se sont toujours déroulées dans le cadre d'un partenariat avec les National Museums of Kenya.

Textes de référence

Organisation interne/Généalogie

Contexte général

Zone des relations

Zone du contrôle

Identifiant de la description

FRAEPMSHRG-MPK

Identifiant du service responsable de la description

Règles et/ou conventions utilisées

Niveau d'élaboration

Niveau de détail

Dates de production, de révision et de suppression

Langue(s)

Écriture(s)

Sources

Notes relatives à la mise à jour de la notice